Senef.fr : Le site des Sénégalais de France
Le site des Sénégalais de France

France : Les immigrés du Fouta ont envoyé en trois ans 127 milliards (Etude)

transfert d'argent

Les immigrants sénégalais en France originaires de la Vallée du Fleuve, ont envoyé, en trois ans, un montant équivalent à 127 milliards de francs CFA à leurs familles restées au pays, à travers des « réseaux clandestins », selon une étude sociologique.

«J’ai fait une étude sur l’épargne des migrants depuis bientôt trois ans. Nous avons surveillé non pas les structures officielles comme Western Union, mais ce qu’on appelle les fax clandestins. Et donc pendant ces trois ans, nous avons surveillé 49 fax clandestins et cela représente 127 milliards de francs Cfa d’envoi d’argent dans la seule Vallée du Fleuve Sénégal », a indiqué Mamadou Dème, sociologue sénégalais établi à Paris, au cours d’une conférence.

 

« Comment se fait-il que tout cet argent rentre dans la seule vallée du fleuve Sénégal, que l’argent de la coopération décentralisée y rentre aussi, que celui de la coopération d’Etat à Etat y rentre aussi, et que jusqu’à présent cette vallée soit si pauvre ? » s’est-il interrogé.

Selon lui, il faut se poser des questions, précisant que les conclusions de cette étude qu’il a menée en collaboration avec le Réseau financier du co-développement feront l’objet d’une journée de réflexion.

M. Dème, qui est sociologue, s’occupe aussi à Grigny (banlieue parisienne) de l’intégration des populations étrangères. Il a souligné l’importance des moyens mis en œuvre, les risques potentiels que prennent ces Sénégalais qui, face aux frais exorbitants liés à l’envoi d’argent, ont mis en place leurs propres réseaux.

A LIRE  « Les Français, c’est les autres », un docu sur l’impasse identitaire

 

«Il n’y a pas une stratégie du gouvernement sénégalais pour mettre en place des mécanismes financiers susceptibles de prendre en compte à la fois ces expertises, ces éléments de connaissance, mais surtout ces réseaux de financements propres aux immigrés qui peuvent être des outils indicateurs d’une problématique de développement », a-t-il déploré.

 

Source : Apanews

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.