Senef.fr : Le site des Sénégalais de France

Candidat LREM aux municipales à Vitry-Sur-Seine (94), Daly Ndiaye profère des insultes sur le marché

La vidéo a déjà fait plus de 70 000 vues ce samedi soir. Le numéro deux de la liste LREM aux municipales de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) a été filmé alors qu’il s’emportait face à des adversaires dans la rue.

Le climat de campagne n’était pas vraiment détendu ce samedi matin sur la place du marché de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), lieu prisé des candidats pour distribuer leurs tracts. Dans une vidéo diffusée ce samedi sur Twitter par un élu PS à la mairie de Vitry, apparaît Daly Ndiaye, animateur de La République En Marche et membre de la liste conduite par Kamale Sobhi pour le scrutin des municipales du 15 mars prochain. Visiblement lancé dans une altercation avec un homme, le Marcheur s’emporte : « On se donne rendez-vous le soir quelque part, et je te nique ta race… T’as compris? »

En fin d’après-midi, l’extrait avait déjà été vu plus de 5 000 fois tandis que la polémique commençait à dépasser le cadre local, le PS appelant LREM à réagir et à sanctionner son représentant sur le terrain. En fin de soirée, le compteur de vues approchait plutôt les 80 000 sur Twitter.

La vidéo ne montrant pas les échanges qui ont précédé, difficile de savoir pourquoi la tension est ainsi montée entre les deux camps. « Nous avons un militant qui est un peu sur les nerfs en ce moment », concède cependant Serge Manenc, co-animateur du comité local LREM. « C’est un associatif, quelqu’un d’entier. Il n’a fait que répondre à des provocations de la part de ses interlocuteurs. Il était suppléant LREM aux législatives et il y a des tensions depuis à Vitry », justifie-t-il.

« Des propos inadmissibles »
Dans un communiqué de presse diffusé par la tête de liste Kamale Sobhi, Daly Ndiaye dit alors reconnaître « qu’il n’aurait pas dû employer ces termes et présente ses excuses ». Contacté par Le Parisien, Kamale Sobhi ajoute « condamner les violences verbales » de son colistier. « Ce sont des propos inadmissibles et c’est un comportement qui ne fait pas partie de mes valeurs ni de celles de monsieur Ndiaye, explique-t-il. Mais il faut rappeler les faits dans leur globalité. »

Selon lui, ce sont bien ses équipes qui ont été les premières prises à partie. « L’homme que l’on voit avec Daly Ndiaye est arrivé le premier avec son vélo pour gêner notre tractage. Il dialoguait avec mes équipes, le ton est un peu monté. Il est parti au bout de 20 minutes avant de revenir avec une femme et un jeune enfant en poussette. Ils tenaient une pancarte Stop Macron. »

D’autres sanctions à venir ?
Selon le candidat, c’est là qu’« un petit attroupement s’est formé, je me tenais un peu plus loin. Nos tracts ont été arrachés, j’ai l’un de nos militants qui a même été agressé, ils ont essayé de le faire tomber et ont tenté de l’étrangler. C’est un monsieur âgé de 70 ans, il est malade. » Face à la polémique, le référent départemental LREM Nabil Benbouha s’est également fendu d’un communiqué dans lequel il souhaite « un prompt rétablissement » au « partenaire militant du Parti radical de gauche (PRG) qui a été étranglé par un militant de l’Union de la gauche », accuse-t-il en précisant qu’une plainte avait été déposée.

Dans une autre vidéo, que Le Parisien a pu consulter, on peut voir l’homme avec qui Daly Ndiaye s’est écharpé arracher une affiche de Kamale Sobhi. Contacté, Daly Ndiaye se dit « abasourdi » et explique regretter « toutes les violences, d’où qu’elles viennent ».

Auteur de la vidéo tournant sur les réseaux sociaux, Shamime Attar, élu PS à Vitry et candidat dans la liste de la majorité sortante, nous raconte également sa version des faits : « J’étais avec deux collègues lorsque nous avons entendu des voix s’élever. Nous nous sommes rapprochés et je me suis mis à filmer la scène, Daly Ndiaye était énervé et il a tenu des propos menaçants. Je ne connais pas l’homme avec qui il s’entretenait. À ma connaissance ce n’est pas quelqu’un du PS ou du PCF. »

Dans un tweet très partagé qui a propulsé la vidéo, le député Luc Carvounas (PS) a pour sa part interpellé le délégué général d’En Marche, Stanislas Guerini, pour appeler à condamner « ce type d’attitude violente, brutale et de voyou ». Au Parisien, le socialiste précise : « Monsieur Ndiaye était le suppléant de mon adversaire LREM aux législatives de 2017. Il s’était montré quelque peu virulent mais pas insultant. J’attends une condamnation publique de la direction du parti. Ce monsieur est responsable de la section locale. J’attends une réaction forte. »

« Attitude de petit voyou »
Luc Carvounas dit voir dans cet épisode la déconnexion de La République En Marche à l’échelon local. « Nous avons vu arriver dans nos villes un personnel qui n’est pas à la hauteur de la vie politique. Tous les codes ont explosé, regrette-t-il. On voit les carences de la majorité au niveau national. Localement, c’est encore pire. Les débats sont hystérisés. » Et le porte-parole du PS Pierre Jouvet d’insister : « Cette attitude de petit voyou est inacceptable et inqualifiable. Elle n’a aucune place dans notre démocratie. »

Kamale Sobhi dit ne pas encore avoir décidé d’éventuelles sanctions supplémentaires à l’encontre de son colistier. « Je n’ai pas encore vu la vidéo au moment où je vous parle, assure-t-il. Tout cela sera décidé lundi. » Également contacté, Stanislas Guerini n’a pas répondu à nos sollicitations.

Ludwig Gallet

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.