Marseille : Elles se préparent pour une course à pied humanitaire au Sénégal


À un mois de leur départ, Aurélie et Elise ont déjà les yeux qui pétillent. Comme elles le disent si bien, « on est hyper impatientes de partir et l’émotion monte notamment à l’idée de retrouver les enfants ». Car si ces deux Marseillaises se lancent dans cette aventure, c’est bien pour l’aspect humanitaire et non pour le défi sportif que cela représente.

Associer sport et action humanitaire

« On s’est mise au sport de façon intensif il y a un peu près un an », explique Aurélie qui mouille le maillot 8 à 10h par semaine entre la salle et la course. Avec sa copine, elles ont déjà bouclé plusieurs épreuves dont le semi-marathon de Pertuis. Mais ces performances physiques ne leur suffisaient plus, elles ont donc très rapidement « voulu associer cela à une action humanitaire », insiste la brune de 36 ans.

Pour la blonde, Elise, « c’était même une évidence. » En septembre dernier, leur projet prend forme avec la rencontre du président de l’association Sénégazelle. Depuis 10 ans, elle propose une course à pied humanitaire 100 % féminin au Sénégal (sur cinq jours) mais aussi au Népal ou à Madagascar.

46 kilos de fournitures scolaires à trouver

Au cours de celle-ci, les participants distribuent des fournitures scolaires pour les enfants dans les villages. Pour Aurélie et Elise, ce sera autour de la ville de Foundiougne située à 150 kilomètres de Dakar, la capitale. « Le matin, on court entre 7 et 10 bornes et l’après-midi, on distribue. Pour nous, c’était très important d’être au contact des gens, on ne voulait pas d’intermédiaires. »

A LIRE AUSSI  Guerville (Yvelines) : une braderie pour aider des villages sénégalais

Les deux femmes, qui ont déboursé 1.800 euros pour participer à cette course, récoltent chaque jour de nouveaux dons notamment dans leur salle de sport. Elles ont déjà collecté une trentaine de kilos sur les 46 à trouver d’ici le 8 avril.

Aurélie et Elise ont aussi lancé une campagne de financement participatif sur Kisskissbankbank. L’argent servira à acheter de nouvelles fournitures pour le voyage mais aussi à payer les frais, équipements et vaccins par exemple. Mais cela vaut vraiment le coup pour ces deux Marseillaises qui « ont déjà les larmes aux yeux en regardant les vidéos des éditions précédentes. » D’ailleurs, elles envisagent déjà de repartir un seconde fois, peut-être dans un autre pays…

 

20minutes.fr

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.