Senef.fr : Le site des Sénégalais de France
Le site des Sénégalais de France

Deux vendeurs d’une boutique Bouygues Telecom poignardés par un sénégalais: un mort et un blessé grave

C’est un client qui a attaqué ce samedi les deux vendeurs d’une boutique Bouygues Telecom située au centre commercial Les Sentiers, à Claye-Souilly, en Seine-et-Marne. Une des deux victimes âgée de 18 ans a succombé à ses blessures. L’autre est en « urgence absolue », avec pronostic vital engagé. Le suspect a, lui, été interpellé.

Quand un différend commercial tourne au règlement de compte. Vers 13 heures ce samedi, au centre commercial Les Sentiers à Claye-Souilly (Seine-et-Marne), un client mécontent qui réclamait un remboursement s’en est pris à deux vendeurs de la boutique Bouygues Telecom. L’homme âgé d’une soixantaine d’années a sorti un couteau avant de les poignarder.

Les deux victimes ont été prises en charge par les secours. L’une, âgée de 18 ans, a succombé à ses blessures, l’autre, âgée de 20 ans, est en urgence absolue avec pronostic vital engagé. Cette dernière a été hospitalisée à Henri-Mondor, à Créteil (Val-de-Marne).

L’homme suspecté d’être l’auteur de cette violente agression a été interpellé quelques minutes après les faits. Une information confirmée par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sur Twitter.

Décédé à 18 ans, Théo venait de passer son bac
C’est aussi ce qu’a confirmé peu après 18 heures, la procureure de Meaux Laureline Peyrefitte qui s’est rendue sur place. « Un client âgé de 62 ans qui était déjà passé dans ce magasin en raison d’un litige sur une facture s’en est pris verbalement à un vendeur âgé de 20 ans, avant de lui asséner un violent coup de couteau au thorax puis de poignarder ensuite dans la zone du cœur son collègue de 18 ans venu lui porter secours. Les deux victimes se sont enfuies avant de s’effondrer un peu plus loin dans la galerie marchande », détaille la représentante du parquet de Meaux.

« L’agresseur a ensuite voulu s’en prendre à une troisième salariée de la boutique mais a été maîtrisé par quatre personnes, parmi lesquelles un agent de la brigade de recherche et d’intervention (BRI) et un surveillant pénitentiaire tous deux en civil et hors service, et dont je tiens à saluer le courage », poursuit la procureure, qui a assuré que tout serait mis en œuvre pour que la « vérité soit faite sur cette agression qui comporte encore de nombreuses zones d’ombre et que justice soit rendue ».

Laureline Peyrefitte a ensuite fait part de son émotion et de son soutien aux familles des deux victimes, qui se prénomment Théo et Dany.

« Je tiens à faire part de ma profonde affliction auprès des familles de ces jeunes hommes, qui étaient en stage en alternance. Le plus jeune d’entre eux, Théo âgé de 18 ans est décédé alors qu’il venait de passer son baccalauréat. L’autre victime qui s’appelle Danny a lui été rapidement hospitalisé »

Une enquête, confiée à la sûreté départementale de Seine-et-Marne en collaboration avec le commissariat de Chelles-Villeparisis a été ouverte pour homicide volontaire et tentative d’homicide volontaire.

Le sexagénaire, auteur des coups de couteau qui habiterait dans une commune seine-et-marnaise environnante a été placé en garde à vue au commissariat de Chelles-Villeparisis, après avoir reçu des soins lors d’un examen qui a confirmé que son état de santé était compatible avec une garde à vue.

Les salariés du centre commercial sous le choc
Sur place l’émotion était toujours forte dans les heures qui ont suivi le drame. « Je travaille dans la pizzeria juste en face de la boutique Bouygues Telecom. Je n’ai pas vu l’agression mais je suis arrivé juste après lorsque l’agresseur a été maîtrisé. L’une des victimes était en train de perdre connaissance, je l’ai vu partir ! L’agresseur les a blessés au torse en visant le cœur pour l’un d’entre eux. Pour moi, il avait la volonté de faire du mal voire de tuer ! », raconte un salarié de la pizzeria.

« J’ai juste vu des gens courir dans la galerie et avec mes collègues nous sommes allés nous réfugier hors du centre commercial », raconte Camille vendeuse dans une crêperie de la galerie commerciale. De nombreux vendeurs et salariés des boutiques des Sentiers ont alors attendu près de deux heures de pouvoir retourner dans le magasin récupérer leurs effets personnels ou mettre leur marchandise en sécurité.

« C’est un acte ignoble! »
Certains d’entre eux comme Céline, salariée dans un magasin de cosmétique du centre commercial, voient dans cette agression la conséquence de mesures de sécurité insuffisantes. « Aucun client n’est fouillé à l’entrée du centre commercial alors qu’il y a eu une alerte à la bombe il y a deux semaines », s’insurge cette vendeuse. Une mère dont la fille travaille comme vendeuse au centre commercial a également tenu à signaler ce problème.

Une vive émotion partagée par les différents élus présents sur place comme le maire de Claye-Souilly, Jean-Luc Servières (SE), qui a présenté ses condoléances aux familles de Théo et Danny, tout comme le député de circonscription Rodrigue Kokouendo (LREM). « C’est un acte ignoble ! Je n’ai pas de mot pour dire la tristesse que je ressens pour les familles et les collègues après ce drame ! Je tiens à remercier les citoyens qui sont intervenus pour porter secours aux victimes et aider à interpeller le forcené ».

Le directeur général du groupe Bouygues Olivier Roussat a lui aussi relayer un message de soutien au proche des victimes sur Twitter.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.