Senef.fr : Le site des Sénégalais de France
Le site des Sénégalais de France

Amnesty International déclare que la France est engagée dans une voie «nocive» pour les droits humains

L’ONG publie ce mercredi son rapport annuel. Sa nouvelle secrétaire générale, Agnès Callamard, estime que la France est engagée dans une voie «nocive» pour les droits humains.

La France est engagée dans une voie «nocive» pour les droits humains et détruit à «petit feu» les valeurs de solidarité et d’égalité, estime Agnès Callamard, la nouvelle secrétaire générale d’Amnesty International qui publie mercredi 7 avril son rapport annuel.

«L’espace de débat public, l’espace pour la réalisation des droits civiques et politiques est en train d’être réduit. Pourquoi? Parce que le droit de manifester a fait l’objet de nombreuses restrictions, parce que la France continue d’utiliser le gaz lacrymogène, les grenades de désencerclement, les LBD 40 de façon abusive et ça, cette utilisation de la violence par la police, ça créé de la peur», estime-t-elle notamment dans un entretien à l’AFP.

«Il s’agit là d’une destruction à petit feu des valeurs qui devraient fonder toute société. Il s’agit bien là d’un carton rouge (adressé à la France, NDLR), de dire «attention les derniers développements depuis quelques années et en particulier en 2020 vont dans une direction qui est extrêmement nocive, problématique, et possiblement même dangereuse pour l’ensemble des droits et libertés en France», explique Agnès Callamard.

«C’est l’ensemble des valeurs de solidarité, de respect, les valeurs contre le racisme, les valeurs pour l’égalité qui sont attaquées par cet ensemble de mesures prises, on a l’impression, à la va-vite sans une grande réflexion», poursuit-elle.

L’analyse d’Amnesty se résume à maintien de l’ordre=racisme d’État= climat de peur et réduction des libertés, avec les forces de l’ordre dans le rôle de Darth Vador.

Pour peu, on pourrait se croire en Birmanie ou en Iran. C’est une analyse sommaire et partiale qui passe à côté de vrais sujets sur le fonctionnement des institutions et des média. Mais quand on appartient au camp du Bien, une analyse plus en phase avec la réalité revient à couper la branche sur laquelle on est assis..

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.