38 nouveaux corps repêchés une semaine après le naufrage au large de la Tunisie

Le bilan s’alourdit après le naufrage d’un navire la semaine dernière au large des côtes tunisiennes. 38 nouveaux corps ont été retrouvés jeudi 11 juillet portant à 68 le nombre de victimes.

Le Croissant-Rouge tunisien a indiqué que 38 nouveaux corps avaient été retrouvés jeudi 11 juillet sur les côtes tunisiennes, portant à 68 le nombre de cadavres récupérés après le naufrage d’une embarcation transportant des dizaines de migrants.

Trente-six corps ont été retrouvés à Zarzis, dans le sud-est de la Tunisie, et deux sur l’île voisine de Djerba, a déclaré à l’AFP Mongi Slim, président du Croissant-Rouge tunisien à Médenine (sud).

80 migrants à bord du bateau qui a fait naufrage
Les corps ont tous été transférés vers l’hôpital de Gabès pour des prélèvements ADN, et les enterrements ont commencé dans cette même ville, en raison de la chaleur, a-t-il ajouté. Un nouveau cimetière pour migrants est en cours de construction à Zarzis, où les victimes des traversées clandestines ont longtemps été inhumées dans un cimetière improvisé.

Les corps d’un enfant de trois ans et de deux femmes, dont l’une était enceinte, avaient été repêchés samedi 6 juillet au soir. Jeudi 4 juillet, l’Organisation internationale des migrations (OIM) avait annoncé le naufrage d’une embarcation avec à son bord plus de 80 migrants, d’après le récit d’un des trois survivants.

Selon un responsable de la Garde maritime tunisienne, les migrants étaient partis de la ville libyenne de Zouara, à 120 km à l’ouest de Tripoli, à bord d’un bateau pneumatique, en direction de l’Italie.

«La voie maritime la plus meurtrière»
Les opérations menées par le Croissant-Rouge, la Garde nationale tunisienne, les gardes côtes et la protection civile se poursuivent sur les côtes, a indiqué Mongi Slim. Ces dernières semaines, des dizaines de candidats à l’exil tentant de rallier l’Italie depuis l’ouest de la Libye ont été secourus au large de la Tunisie.

Selon le Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) « la Méditerranée est depuis plusieurs années la voie maritime la plus meurtrière au monde pour les réfugiés et les migrants, avec un taux de mortalité qui a fortement augmenté » en 2018. En 2019, les sauvetages sont été entravés par les démarches contre les navires humanitaires des Etats européens cherchant à limiter l’arrivée de migrants.

38 nouveaux corps repêchés une semaine après le naufrage au large de la Tunisie .

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.