Faux papiers : la «Dakar connection» a acheminé des centaines de clandestins en France


Au terme de treize mois d’une enquête très serrée, une cinquantaine de policiers spécialisés ont démantelé, lundi en région parisienne, une des plus spectaculaires filières d’immigration et d’aide au séjour jamais mise au jour entre le Sénégal et la France, rapporte Le Figaro sur son site.

‘’La Dakar connection vient de voler en éclats’’, écrit la publication en ligne, soulignant qu’après treize mois d’enquête, ‘’la police française a mis au jour un stratagème très lucratif puisque chaque arnaque était facturée entre 10.000 et 12.000 euros’’.

Elle ajoute qu’une quinzaine de personnes ‘’ont été interpellées lors d’un coup de filet mené par l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi d’étrangers sans titre (Ocriest) avec l’appui du groupe d’intervention régional (GIR) de Seine-Saint-Denis’’.

‘’Placés en garde à vue, les suspects sont au cœur d’une nébuleuse animée par un escroc sénégalais d’envergure internationale, déjà connu de la police, disposant de solides relais tant en France qu’en Europe et ayant permis à des compatriotes clandestins de se maintenir illégalement’’ en France.

Rabatteurs, faussaires, animateurs, clients. Une quinzaine de personnes ont été interpellées lors d’un coup de filet mené par l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi d’étrangers sans titre (Ocriest) avec l’appui du groupe d’intervention régional (GIR) de Seine-Saint-Denis.

A LIRE AUSSI  À Chasselay, un cimetière pas comme les autres : le Tata sénégalais

Un escroc sénégalais au cœur du réseau

Les policiers de l’Office central pour la répression de l’immigration irrégulière et de l’emploi d’étrangers sans titres (OCRIEST) ont intercepté « une soixantaine de dossiers » frauduleux. Pendant deux ans, ce réseau d’immigration clandestine a piégé le service d’état-civil de Nantes, en remettant de faux documents, pour l’établissement d’authentiques certificats de nationalité française.

Lundi, quinze hommes soupçonnés ont été interpellés en région parisienne et près de Bordeaux.
Sept de ces suspects, dont la tête de file de la bande, un Sénégalais connu des services de police, ont été déférés hier au parquet de Bobigny. Le réseau, « actif depuis près de deux ans », a connu un « pic d’activité récent » grâce à un nouveau mode opératoire difficile à mettre à jour.

Des complices implantés dans les bureaux d’état-civil

Ses membres permettaient aux clients du réseau d’ « obtenir indûment la nationalité française en trompant le Service central de l’état-civil (SCEC) de Nantes », a expliqué cette source. Le réseau déposait des dossiers de reconnaissance de la nationalité française, en assurant que le demandeur était un enfant de Franco-Sénégalais ou de Français nés à l’étranger.

Afin de s’assurer de la véracité de ces informations, les services nantais envoyaient ensuite un courrier au pays d’origine.
À Dakar, des complices implantés dans les bureaux d’état-civil interceptaient les courriers et les remettaient à des faussaires qui n’avaient plus qu’à fabriquer à la demande les justificatifs réclamés.
Enfin, les dossiers étaient renvoyés aux autorités françaises qui délivraient d’authentiques certificats de nationalité française.

A LIRE AUSSI  « Au camp, les prisonniers sénégalais n'avaient rien à manger »

Selon une source policière, « une soixantaine de dossiers » ont été interceptés par les policiers de l’OCRIEST. Ils estiment qu’une centaine de personnes sont susceptibles d’avoir fait appel au réseau.
Le trafic était prospère, affirme une source policière. L’obtention de la nationalité française étant facturée de 10 000 à 12 000 euros et payable à l’avance. Ainsi, le patrimoine du chef de réseau s’élèverait selon les enquêteurs à plusieurs centaines de milliers d’euros.

Des investigations ont été lancées pour suivre les transactions effectuées par le chef du réseau depuis la France. Le réseau proposait d’autres services à ses clients, comme de fausses copies littérales d’actes de naissance, des justificatifs de séjour trafiqués ou encore des états-civils contrefaits.

 

Source : Figaro

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.